vendredi 25 mai 2018

Vendredi 25 mai  :

18h30 : CELLULE OVNIVINS – conférence dégustation performance

lls tentent de créer des ponts entre pratiques artistiques expérimentales (ici cinéma et musique) et vins naturels sous la forme d’une conférence dégustation performance.

Avec
Chris Auger / projecteurs cinéma, lumière.
Jérôme Noetinger / dispositif électroacoustique
Xavier Quérel / projecteurs cinéma, lumière.

Tous trois sont membres de La Cellule d’Intervention Metamkne et d’Ovniivns.

+ quatre vins à déguster (liste à venir)

Plus d’infos : metamkine.free.fr/ et sur www.ovnivins.org/


20h : Repas sur place : le COUSCOUS de pépète 

A partir de 7€ ; pas de réservation


21h : OCELLE MARE : forme musicale fugace

Avec Thomas Bonvalet / piano, banjo basse six cordes, métronome mécanique, diapasons, claves, frappements de pieds et de mains, mini-amplificateurs, amplificateurs, subwoofer, micros, petite table de mixage, cloches, fragments d’orgue à bouche, concertina, componiums, « stringin it », audio ducker, peau de tambour, moteurs à ressorts…

Plus d’infos : www.muraillesmusic.com

Thomas Bonvalet est un musicien autodidacte multi-instrumentiste. Bassiste puis guitariste au sein du groupe Cheval de frise (1998-2004), il se détourne peu à peu de ce dernier instrument en intégrant la podorythmie, diverses percussions et éléments mécaniques, instruments à vent, objets détournés ainsi qu’un dispositif d’amplification. Ce sont les nécessités de son projet solo ‘L’ocelle mare‘, initié en 2005, qui guident l’élaboration de cet instrumentarium.

La sortie du disque ‘Serpentement‘, en 2012, avait marqué la fin d’un cycle: quatre états, disques-paliers, s’étaient succédés avec régularité, procédant à l’élaboration de ce dispositif de jeu singulier, impliquant tout le corps dans une simultanéité faite d’associations de gestes et d’outils sonores, une société de timbres et de tremblements.

Ces dernières années, Thomas Bonvalet a notamment collaboré avec Powerdove, Arlt, Radikal Satan, Jean-Luc Guionnet, Arnaud Rivière, Will Guthrie, Gaspar Claus, Daunik Lazro, Fred Jouanlong et Sylvain Lemêtre.

‘Temps en terre’ est le cinquième disque de L’ocelle mare, et le premier à avoir été enregistré en studio. Les précédents avaient privilégié des acoustiques fortes et très marquées : l’espace très réverbérant d’un temple protestant pour ‘Serpentement‘, les prises de son faites en forêt, sur des étangs et dans des cabanes pour ‘Engourdissement‘, des appartements et des espaces urbains pour ‘Porte d’octobre‘, des grottes et des églises pour le premier disque sans titre. Les morceaux de ‘Temps en terre‘, eux, sont éclairés d’une lumière plus crue, présentés sous une forme plus brute et proche de la performance en direct. Tous les éléments sont joués et mixés simultanément et en temps réel.

L’instrumentarium y est composite, rustique et paradoxalement sophistiqué : piano, banjo basse six cordes, métronome mécanique, diapasons, claves, frappements de pieds et de mains, mini-amplificateurs, amplificateurs, subwoofer, micros, petite table de mixage, cloches, fragments d’orgue à bouche, concertina, componiums, « stringin it », audio ducker, peau de tambour, moteurs à ressorts…


22h30 : TANTÔT CORNAC // Premier round

"©damien lachas / datofz.org"Performance en stop motion dans l’espace public suivie d’une projection ciné-bruitée

«  On ne sait pas où il va, on ne sait pas d’où il vient, on ne sait pas ce qu’il veut, mais c’est justement ça qui nous intéresse ».

Tantôt est une marionnette de taille humaine qui vit plus lentement que les humains. Sa mouvance est quasi invisible à l’œil nu. Son quotidien est fait d’aventures buissonnières qui se déroulent dans les lieux publics. Accompagné d’une équipe de cinéastes partout où il se déplace, il est chaque jour le personnage principal de films d’animation.

Ayant une temporalité plus proche du végétal que de l’homme, Tantôt s’aperçoit des détails qui nous échappent. Il évolue ainsi toute une journée à son propre rythme prenant le temps de l’observation et de la rencontre. Un regard porté sur nos villes par un activiste contemplatif qui nous enjoint de prendre le temps, de prendre son temps.

Chaque soir, pour la projection de la minute de Tantôt, un bruiteur cinéma crée en direct l’environnement sonore. Par accumulation de couches sonores à l’aide d’objets du quotidien et du public, il amènera sous nos ouïes grandes ouvertes une nouvelle dimension à l’image.

Avec Eric Bézy /metteur en scène et marionnettiste ; Elias Vervecken / fameux bruiteur ; Jean Benoît Nison / harangueurs de foules ; Chloé Vancutsem / opératrice de choc

Plus d’infos : www.tantot.net ou en regardant : https://vimeo.com/237319754